Illustration : Cité du volcan - fenêtre ouverte sur La Réunion
Illustration : Cité du volcan - fenêtre ouverte sur La RéunionIllustration : Cité du volcan - fenêtre ouverte sur La RéunionIllustration : Cité du volcan - fenêtre ouverte sur La RéunionIllustration : Cité du volcan - fenêtre ouverte sur La RéunionIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la FournaiseIllustration : La cité du volcan - piton de la Fournaise

Au coeur de l'île

La cité du volcan

BAT'CARRE N°12 | Texte : Francine George - Photos : Thierry Hoarau -

Fenêtre Ouverte sur La Réunion, une très belle exposition de photos et de vidéos réalisées par James Caratini, Luc Perrot et Fabrice H. sera présentée à la Cité du Volcan à partir du 6 décembre.

Une grande première à ne pas manquer avec des images en Ultra Haute Définition "qui offrent une profondeur de champ inédite".


 Fenêtre ouverte sur La Réunion à la cité du volcan :

Le patrimoine visuel réunionnais mis à l'honneur à la cité du volcan.

Plus d'informations sur www.museesreunion.re 



 Téléchargez le communiqué de presse :


 

 La cité du volcan

 

La Maison du volcan, aujourd'hui devenue la Cité du volcan grâce à sa très belle rénovation réussit à marier apport de connaissances et plaisir d'apprendre. Il est impensable de vivre à La Réunion, ou, même, d'y passer quelques jours, sans aller à la Cité du Volcan s'imprégner de l'épopée volcanique de l'île. Une visite à faire et à refaire toujours avec le même enthousiasme.

Le hall d’entrée est dédié au couple Maurice et Katia Krafft, illustres volcanologues, qui furent à l’initiative de la Maison du Volcan et de sa conception scientifique. Trois films, dont un, en anglais, y sont présentés. L’un et l’autre revivent ainsi par le truchement de pyramides holographiques en racontant l’histoire des volcans. Originaires de l’Est de la France, ils se rencontrèrent sur les bancs de l’Université en 1966 et se marièrent quatre ans plus tard. Passionnés depuis leur jeune âge par les volcans, ils consacrèrent toute leur vie à parcourir le monde à l’écoute de la première irruption. Ils comptabilisent plus de 150 visites de volcan à leur actif. Lui à la caméra, elle à la photo. Dans les années 70, ils fondent le Centre de Volcanologie Vulcain à Cernay, en Alsace, et publient le premier de la vingtaine d’ouvrages scientifiques qui suivront. Puis, ils se sont investis dans le projet Vulcania en Auvergne. Leur travail colossal de 25 ans d’études représente une collection unique au monde. La maison du Volcan a ouvert ses portes en 1992. Ils n’ont malheureusement pas pu l’inaugurer. Ils sont décédés le 3 juin 1991, emportés par leur passion lors de l’éruption du volcan japonais Unzen. Ironie du sort, au même moment, leurs travaux sur la sensibilisation aux risques majeurs des volcans explosifs ont permis de sauver de nombreuses vies lors de l’irruption, après 500 ans de sommeil, du Pinatubo aux Philippines.

Premier niveau


La visite commence par une belle mise en situation. Nous entrons dans un tunnel de lave, comme si nous étions dans les entrailles de la Terre. Les parois se fissurent, la lave est prête à couler, le sol tremble, le trémor volcanique est en action…Pas de panique, nous n’avons que quelques marches à monter pour arriver dans le hall lumineux où les visages des Krafft nous accueillent. À l’extérieur,  devine la structure métallique de la pyramide principale.
Visite du premier étage. En préambule, nous sommes happés, dans une salle circulaire, par un écran panoramique géant de 270° qui, en huit minutes, raconte comment le système solaire s’est formé, il y a cinq milliards d’années. Quelques souvenirs d’école remontent à la surface pour se greffer sur cette démonstration éloquente qui mentionne l’existence de volcans extraterrestres. Nous entrons maintenant dans le vif du sujet.  Quatre grandes salles, de couleur et d’ambiance différentes, sont organisées sur le même principe, un totem tactile avec fiche d’identité de la thématique à l’entrée, un grand mur d’image avec une longue frise qui déroule en dessins le sujet, au centre, quelques installations interactives pour s’amuser ou pour découvrir, en jouant, les milliers d’informations recueillies, des quizz qui permettent de patienter en attendant les autres, visite familiale oblige, ou de tester ses connaissances avec un niveau adulte et un niveau enfant, parfois, il n’est inutile de rester modeste... Reprenons la visite.

Première salle donc, Objectif volcan, une introduction au volcanisme avec des plans de coupe et la répartition des volcans effusifs, les volcans rouges, comme à La Réunion et les volcans explosifs, les volcans gris, comme dans la ceinture de feu du Pacifique. Seconde salle, Coulées, fontaines, Bombes, les productions du volcanisme, et surtout l’histoire surprenante, presque émouvante, de la formation de l’île de La Réunion, il y a …huit millions d’années. Petit aparté, le Bathyscaphe…Nous nous installons dans de vieux canapés en cuir, très confortables, à l’intérieur d’un espace susceptible d’être un sous-marin, bien rouillé, où Jules Verne pourrait s’inviter tandis qu’un film nous décrit le volcanisme sous-marin et la construction sous-marine des volcans. Il est vrai que les scientifiques recensent environ 1500 volcans sur terre et 1,5 million en milieu sous-marin ! Troisième salle, Vivre sur une île volcanique, plans de coupe, photos, articles de journaux affichés sur le mur d’image pour nous parler des risques volcaniques et des risques gravitaires à La Réunion. Fissures éruptives de l’enclos pour les risques volcaniques, et pour les risques gravitaires, chutes de pierres, effondrements, glissement de terrain dus à la structure en mille-feuilles des remparts et falaises de l’île. Nous le savions déjà, mais condensé de la sorte, ça devient presque un scénario de science-fiction annonçant la fin du monde. Quatrième salle, on respire ! Les volcans, sources de vie. Un arbre et de la verdure, nous accueillent pour montrer le foisonnement végétal qui pousse sur un sol issu de l’altération de la roche volcanique. Autour de l’arbre, une banquette sur laquelle, nous prenons un temps repos pour contempler Dame Nature sous son meilleur jour.

 

Second niveau
 


Nous longeons une grande galerie qui raconte les mythes et légendes générés par les volcans. De tout temps, les phénomènes volcaniques ont été considérés comme le signe de la colère des Dieux et nombre de rituels, d’une croyance à l’autre, ont été imaginés pour tenter de se protéger. À La Réunion, le Piton de la Fournaise a inspiré de nombreuses légendes, à commencer par celle de Gran Mèr Kal. Puis, autre tranche de la galerie, nous redevenons pragmatiques pour suivre l’évolution des explorations scientifiques jusqu’à nos jours, où il est montré que nous avons encore beaucoup de choses à découvrir. Aux 18e et 19e siècles, ce sont, avec un autre regard, des naturalistes qui ont effectué les premières ascensions du Piton de la Fournaise. Plus loin, une vitrine, au milieu de grandes photographies en noir et blanc, raconte, à elle seule,  toute une histoire, un drapeau, une lampe bricolée dans une bouteille et des souliers en gonis – toiles de jute- panoplie des premiers guides réunionnais. Ensuite, nous entrons dans la salle aux trésors, une Lithothèque où les échantillons de cristaux, de roches volcaniques de toutes formes sont exposés, tels les bijoux de la Terre, dans une salle, toute blanche où il suffit d’admirer. Puis, dernière visite, nous descendons trois marches pour pénétrer dans le laboratoire scientifique, synthèse des instruments d’observation de la respiration volcanique, expériences multiples et avancées des conclusions. Pour être plus disponible lors de votre visite à la Cité du volcan, une ludothèque particulièrement réjouissante accueille les enfants de 6 à 12 ans.


Le Conseil Régional qui a conduit la rénovation de la Maison du volcan a voulu en faire un pôle d’attraction touristique, ainsi qu’un centre pédagogique et scientifique international. Pour ce faire, le troisième étage est doté d’un auditorium de 280 places nommé Alfred Picard, du nom du plus célèbre des guides réunionnais. Il a conduit de 1920 à 1978, la plupart des expéditions vers le Piton de la Fournaise. Juste à côté, le centre de documentation rassemble, livres récents et anciens sur les sciences de la Terre ainsi que des thèses universitaires plus particulièrement axées sur l’île de La Réunion. Des postes multimédias sont mis à disposition pour parcourir ces données. Patrice Huet, le directeur scientifique de cette nouvelle Cité du volcan, originaire de Saint-Joseph,  explique que la démarche de rénovation s’est d’abord appuyée sur les expériences qui existent  ailleurs, Cité des Sciences à Paris, mais aussi en Australie, pour imaginer un parcours muséographique qui intègre les dernières innovations technologiques au profit du savoir autant que du ludique.
Enfin, avant de partir, la tête dans les nuages et les yeux remplis d’étoiles, n’oubliez pas de vivre l’expérience du 4D ! La salle de Cinéma Maurice et Katia Krafft vous plonge, en effet,  pendant huit minutes au cœur du Piton de la Fournaise et là, secousses émotionnelles garanties, lorsque vous détachez la ceinture de votre fauteuil, vous ne savez même plus qui vous êtes !

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !